Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel

Pour les variables accompagnées du signe Sélectionner au moins une valeur, sélectionner au moins une valeur.

Composante démographique Sélectionner au moins une valeur

Total 16 Sélectionnés

Recherche

Canton (-) / District (>>) / Commune (......)

Total 2 386 Sélectionnés

Recherche

Nationalité (catégorie)

Total 3 Sélectionnés

Recherche

Sexe

Total 3 Sélectionnés

Recherche

Année Sélectionner au moins une valeur

Total 39 Sélectionnés

Recherche


Le nombre de cellules de données sélectionnées est:(nombre maximal autorisé est 2 500 000)

Présentation à l'écran est limitée à 5 000 ligne(s) et 40 colonne(s)


Nombre de cellules sélectionnées excède la limite autorisée
Contact et information

Information

Contact
Section Démographie et migration, +41 58 463 67 11, e-mail: info.dem@bfs.admin.ch
Unité
Personne; événement
Note de bas de page

Remarques

Métainformation:
Dernière modification: nouveau jeu de données (2019)
État de la banque de données: août 2020
Période de relevé: 1er janvier au 31 décembre
Référence spatiale: État des communes au 01.01.2019
Source des données: 1981-2010 Statistique de l'état annuel de la population (ESPOP), depuis 2011 Statistique de la population et des ménages (STATPOP)
Le bilan démographique montre la variation de l'effectif de la population en raison des mouvements naturels (naissances, décès) et spatiaux (immigrations et émigrations, arrivées et départs internes) de la population, ainsi que d'éventuelles corrections statistiques.
ESPOP était une statistique de synthèse reposant sur la statistique du mouvement naturel de la population (BEVNAT), de la statistique de la population résidante étrangère (PETRA) et de la statistique migratoire de la population résidante suisse. De plus, elle s'appuyait sur les recensements fédéraux de la population (RFP) de 1990 et 2000. ESPOP utilisait la méthode de la mise à jour progressive de la population. Elle consistait à déterminer l'effectif de la population au 31 décembre d'une année donnée, en ajoutant à l'effectif du 1er janvier de la même année les naissances et les immigrations et en déduisant les décès et les émigrations.
STATPOP tire les données sur l'effectif et le mouvement de la population des registres de personnes de la Confédération ainsi que des registres harmonisés communaux et cantonaux des habitants. Cette statistique repose ainsi sur un autre processus de production que celui d'ESPOP.
L'état de la population au 31 décembre d'une année civile et au 1er janvier de l'année civile suivante ne sont pas identiques dans les cas suivants: (1) adaptation des données de l'effectif de la population à celles du RFP (1990/91 et 2000/2001); (2) passage d'ESPOP à STATPOP (2010/11); (3) modifications des limites territoriales au niveau du canton, du district ou de la commune (diverses années).
En raison du passage d'ESPOP à STATPOP, le nombre de décès 2010 ne correspond en outre pas au nombre officiel de décès selon BEVNAT.
La population de référence du bilan démographique est la « population résidante permanente », dont faisaient partie jusqu'en 2010 toutes les personnes de nationalité suisse avec un domicile principal en Suisse, ainsi que tous les ressortissants étrangers au bénéfice d'une autorisation de résidence valable au moins 12 mois. Avec l'introduction de STATPOP, la population de référence a été redéfinie. Depuis le 1er janvier 2001 et par rapport à l'ancienne définition, elle comprend en plus les personnes dans le processus de l'asile qui séjournent en Suisse depuis 12 mois au minimum.
Remarques ::
Les données considèrent l'état des communes au 31 décembre de la dernière année de production. Les communes thurgoviennes 4505 Neukirch an der Thur, 4670 Illighausen et 4695 Scherzingen, bien qu'ayant disparu suite à des fusions, sont encore considérées, car il n'a pas été possible de procéder à une répartition rétroactive de la population résidante pour les années avant 1994.
La composante « changement de type de population » comprend les passages de ressortissants étrangers de la population résidante non permanente à la population résidante permanente. Ces personnes sont également arrivées en Suisse par la voie de la migration, mais ne sont considérées dans le bilan démographique que depuis l'année civile où elles passent dans la population résidante permanente. Le « changement de type de population » est aussi toujours compris dans les composantes démographiques « immigrations » et « solde migratoire ».
Pour des raisons techniques de production, certaines valeurs négatives apparaissent de manière isolée dans les années 2011 et 2012.
Au niveau de la population totale, la composante « acquisition de la nationalité suisse » n'a pas de répercussions sur la variation de l'effectif de la population, mais elle influence le nombre et la structure de la population de nationalité suisse et de nationalité étrangère.
La composante « divergences statistiques » contient des variations dans l'effectif de la population qui ne peuvent pas être clairement imputées à des mouvements démographiques (naissances, décès, migrations).
D'autres définitions sont disponibles sur le portail statistique de l'OFS: Définitions